Un peu d'Histoire

A. T. Still tenant un fémur et un bassin (Museum of Osteopathic Medecin)

L’ostéopathie a été fondée aux États-Unis en 1874 par Andrew Taylor Still, qui était formé en médecine conventionnelle. Bien qu’il s’intéressait déjà à une autre manière de soigner, c’est suite à la perte de plusieurs membres de sa famille lors d’une épidémie que Still constate son impuissance face à la maladie. Il développe alors le souhait d’élaborer une médecine alternative. Il se lance dans des recherches approfondies de l’anatomie et de la physiologie du corps humain, puisant aussi l’inspiration dans la médecine des Indiens Shawnee.

 

C’est en 1874 que Still a la révélation qui sera le concept fondateur de l’ostéopathie: il comprend que le corps humain a déjà en lui tous les éléments nécessaires pour conserver un bon état de santé. Le rôle de l’ostéopathe, par ses manipulations des différentes parties du corps, est de favoriser cette dynamique de santé préexistante.

Grâce au perfectionnement de ses nouvelles pratiques manuelles, il guérit de nombreuses personnes durant les épidémies, et développe sa notoriété. Le succès de ses initiatives le mène à rompre avec la médecine américaine de son temps, et à fonder une école d’ostéopathie.

 

Des élèves issus de cette école développeront à la suite de Still différentes visions de l’ostéopathie, et approfondiront divers aspects de cette pratique.

 

 

 

 

W. G. Sutherland observant un crâne désarticulé à l'aide d'une lampe d'agrandissement (Museum of Osteopathic Medecin)

L'ostéopathie crânienne, un courant où l'ostéopathie bio-tissulaire trouve son son origine 

 

Wiliam Garner Sutherland a étudié dans l’école de Andrew Taylor Still et reçu son diplôme de Still lui-même en 1900. Il consacre sa vie à étudier le fonctionnement du crâne et utilise ses découvertes pour approfondir une nouvelle approche du corps entier. Ce qu’il découvre est un mouvement inhérent au corps, qu’il appelle “mécanisme respiratoire primaire”. Ce concept, sans aucun rapport avec la respiration pulmonaire, développe l’idée que chaque partie du corps manifeste sa vitalité par un mouvement perceptible au toucher. Sutherland met l’accent sur la nécessité d’entraîner ses capacités palpatoires et d'écoute, créant ainsi une approche réellement qualitative des tissus du corps: il appelle à l’époque cette pratique “ostéopathie biodynamique”.

 

Rollin Becker, qui a étudié auprès de Sutherland, approfondira également ses recherches, insistant sur la notion d’”état d’être” du praticien.

Enfin, c’est au début des années 1980 que le Français Pierre Tricot reprend ces pratiques et les formalise en “ostéopathie tissulaire”.

L’ostéopathie bio-tissulaire telle qu’elle est pratiquée aujourd’hui est composée de concepts issus à la fois des découvertes de Sutherland, Rollin Becker et Pierre Tricot.